lien vers accueil
Voyage 2009 / 2010
schema global méthode

Objectifs

Nous avons cherché à répondre aux questions suivantes :

- Comment vivent les populations dans différentes régions du monde ?
- Quels sont les impacts de leurs modes de vie sur l'environnement ?
- Peut-on trouver sur Terre des exemples de modes de vie durables ?

Nous avons mis au point une méthode pour analyser des modes de vie de villages d'Asie et d'Afrique, en termes d'impacts sur l'environnement et de bien-être des habitants. Cette analyse nous a permis :

Systèmes étudiés


Nous nous sommes intéressés au fonctionnement global de micro-sociétés formées par les habitants d'un village. Nous sommes restés 10 jours en moyenne dans les 14 villages . Pour pouvoir répondre à nos objectifs, les villages que nous avons choisis comptaient moins de 500 habitants et étaient isolés des villes.

Dans la méthode, nous considérons que chaque village remplit 3 fonctions principales vis-à-vis de  ses habitants : NOURRIR, PROTEGER, SOCIABILISER. Tout ce qui est utilisé pour remplir ces fonctions (objets, aliments, infrastructures, énergies,…) est pris en compte par le biais d'une analyse du cycle de vie pour l'évaluation des impacts sur l'environnement.

Nous avons analysé en parallèle la qualité de vie des habitants grâce à des indicateurs qui évaluent qualitativement la manière dont les 3 fonctions sont remplies.

Pour en savoir plus


Nous avons rédigé un document de méthodologie qui explique notre méthode d'analyse de manière détaillée.

Vous pouvez également lire l'article que nous avons écrit pour le magazine LaRevueDurable qui décrit notre analyse de mode de vie.

Impacts environnementaux : l'Analyse du cycle de vie


Nos activités quotidiennes ont un impact plus ou moins important sur l'environnement, en termes de consommation des ressources naturelles, d'émission de polluants, de génération de déchets que la terre doit absorber, etc. Par exemple, pour produire un litre de jus d'orange vendu en supermarché en France, il faut utiliser entre autres 22 L d'eau et 200 g de pétrole (voir l'encadré). Le même raisonnement peut être fait pour tous les produits ou activités utilisés quotidiennement.


jusdorangeLe jus d'orange consommé en Europe est produit à hauteur de 80% au Brésil. Son mode de fabrication utilise de la vapeur pour concentrer le jus d'orange, et son transport nécessite une congélation. Ainsi la fabrication et le transport d'une bouteille d'1L de jus d'orange nécessite 1m² de terrain au Brésil, 200g de pétrole, et 22L d'eau.
"vers une écologie industrielle" S.Erkman


L'analyse du cycle de vie, ou écobilan, est une méthode qui permet de faire l'évaluation environnementale d'un produit : évaluation des impacts d'un produit pour toutes les étapes de son cycle de vie, depuis l'extraction des matières premières, en passant par la fabrication, le transport, la distribution, l'utilisation et jusqu'à l'élimination. Cette méthode fait appel à des bases de données capitalisées. Elle prend en compte tous les critères environnementaux et permet de ressortir plusieurs types d'impacts, comme l'impact sur le changement climatique ou la consommation d'énergie non renouvelable.

Calcul de l'impact d'un village sur l'environnement


ecobilan_schema

Les habitants d'un village ont besoin de se nourrir, de se protéger (logement, santé), de se sociabiliser (éducation, religion, loisirs). L'analyse des impacts générés par leur mode de vie se fait en réalisant des analyses de cycle de vie de tout ce qui est utilisé pour remplir les trois fonctions :
     - se nourrir :  aliments, eau potable, équipements de cuisine ;
     - se protéger :  habitations, déplacements pour la santé ;
     - se sociabiliser : infrastructures communes, école, lieux de culte, loisirs.

L'analyse nous permet de connaître la quantité d'énergie et de ressources utilisées, et la quantité de gaz à effet de serre émis par le village.








Schema explication ACV

Mesure du bien-être


balanceUne analyse des modes de vie en termes d'impacts sur l'environnement n'aurait aucun intérêt sans une appréciation complémentaire de la qualité de vie des populations. En effet, un mode de vie durable doit d'abord répondre aux besoins des populations, et leur assurer un niveau de bien-être minimum, tout en générant un impact limité sur l'environnement. Nous avons donc utilisé un certain nombre d'indicateurs complémentaires pour évaluer la qualité de vie et le bien-être dans les villages étudiés.

Indicateurs de qualité de vie


« Le PIB mesure à peu près tout sauf ce qui rend la vie digne d'être vécue. »
Robert Kennedy (1968)

L'indicateur le plus répandu pour évaluer le niveau de vie dans un pays est le PIB (Produit Intérieur Brut). Celui-ci traduit une vision du développement très réductrice puisqu'il ramène le développement à sa simple dimension économique. Or il est maintenant avéré qu'à partir d'un certain niveau de richesse, il n'y a plus de corrélation entre le PIB et le bien-être des populations.

Il existe maintenant des indicateurs de développement plus complets, comme par exemple l'IDH (indice de développement humain), qui prennent en compte l'espérance de vie, le taux d'alphabétisation et le PIB. Mais les indicateurs définis à une échelle nationale ou internationale ne sont pas forcément adaptés à des petits systèmes tels que les villages que nous avons étudié.

Nous avons donc défini deux indicateurs plus adaptés à notre sujet d'étude. Ils se décomposent chacun en 5 sous indicateurs.

1) Intégration à la nature
indicateur d'intégration à la nature

2) Appréciation de la qualité de vie indicateur d'appréciation de la qualité de vie
Voir le document de méthodologie pour plus de détail.




schema bien etre