« Be aware» 

IMG_6102.JPG

Rishikesh – Le 19/01/10 – Audrey

« Be aware» 

Avant, cette phrase n’éveillait en moi qu’une réplique de Jean-Claude Vandame, que l’on s’amuse à reprendre avec ironie. Elle prend doucement un tout autre sens.

Nous sommes depuis plus de 10 jours au Swami Rama Sadhaka Grama (SRSG), un ashram au nord de Delhi. Cet ashram est un lieu où des gens marchent lentement, mangent en silence, parlent d’une voix douce ou même ne parlent pas pendant plusieurs jours et se retrouvent chaque jour à 5h30 et 18h30 pour méditer dans un grand hall. Mais cette manière de voir l’ashram reste superficielle si on en reste là.

Selon la tradition des Yogis de l’Himalaya (qui n’a pas de religion propre), tout est en nous. Le bonheur, la souffrance, Dieu… nous avons la possibilité de regarder en nous pour trouver les réponses à nos questions et trouver le vrai bonheur. Nous sommes les seuls maîtres de nos réactions, de nos émotions. A nous de choisir comment ressentir les choses.

Sans a priori, mais sans grand intérêt initialement pour la méditation, je me suis prise au jeu. Je regarde en moi, je me concentre sur ma respiration, liée irrémédiablement à mes émotions, je sens l’énergie qui circule dans mon corps, je vide mon esprit. « Be aware» , « soit conscient» .

IMG_6073.JPG

Nous rencontrons ici des gens d’une aura incroyable et d’une sagesse immense. Chaque conversation est un pain béni pour nous et notre projet : « ne faisons pas de nos besoins des sources de bonheur» , « ne cherchons pas à changer les gens, montrons leur un exemple de vie heureuse» , « la colère vient des désirs insatisfaits» …

IMG_6107.JPG

Hier soir nous avons rencontré Swami Veda, le Maître de cet ashram. Il a 76 ans et se montre très rarement à cause d’un état de santé déclinant. Nous étions plus de 30 dans le petit salon, mais j’ai eu le sentiment d’être seule avec lui. Son regard se posait souvent sur moi et dans son discours il répondait à mes questions avant même que je les lui pose. Il nous a parlé de son expérience en Afrique, au Burkina Faso et au Bénin. Il nous a conseillé de vivre avec les populations reculées pour vraiment comprendre le pays et les populations. Comment pouvait-il tomber plus juste ? J’ai soudain un regain de confiance en ce que nous faisons après la peur de trouver en Afrique des populations moins spirituelles.

Mais Swamiji n’est pas le seul grand maître que nous ayons rencontré. Un « petit bonhomme»  (c’est le sentiment que j’ai à son égard, même s’il n’est pas si petit..) de 54 ans, Chilien, au regard plein de malice, est devenu en quelques jours mon papa spirituel. Nous échangeons beaucoup sur tous les sujets. Son savoir n’a d’égal que son humilité. Chaque jour est une nouvelle découverte de ses pouvoirs invraisemblables (voyance des vies antérieures, méditation profonde…) et de sa vision du monde. Certains disent qu’il est illuminé (dans le sens de l’éclairement de Bouddha), cela me semble maintenant évident. Il nous enseigne comment prendre la vie avec humour, sans prise de tête et abandonner notre ego.

IMG_6109.JPG

Notre séjour dans cet ashram nous aura tous fait évoluer, chacun à notre niveau. Je suis maintenant convaincue que cette évolution n’est que le début d’une grande aventure qui va se poursuivre en Afrique mais également en France à notre retour. Je me sens prête à progresser dans cette voie.

Audrey

Une réponse à “« Be aware» ”

  1. Narber dit :

    La spiritualité n’a pas de pays, moi-meme je n’ai pas de pays, et j’essaye pourtant d’etre spirituel (ah ah !..). Aurai-je bu, pour compenser votre cure ashramesque, car rien ne se perd rien ne se crée, dans la nature (j’espère qu’on vous a appris ça, à l’INSA…) ? En tous cas, bien content que votre Swami Veda ait fait référence à 2 pays qui ne sont peut-etre pas référencés comme autant Zen que celui où vous séjournez, mais qui, quand on les étudie d’un peu plus près, ont une approche à eux d’une certaine spiritualité.
    Enfin, moi je vous recommande, pour atteindre le nirvana de la zénitude, rien ne vaut un panettone artisanale. Et en plus, avec un peu d’entrainement, on devient meme un peu Bouddha, à raison de 3 panettoni/jour pendant 15 jours.
    Un abbraccio stretto a tutti, e spero che avremo proprio il tempo di scambiare sulle vostre esperienze al vostro ritorno !!

    Narber

Laisser un commentaire